Politics

Basket/Betclic Elite. L’Asvel était trop forte pour un Elan Béarnais fatigué (106-90)


Trois jours après sa victoire en finale de la Coupe de France, l’Elan n’a pas fait de miracle sur le parquet de l’Astroballe. Sa mission, sur le parquet de l’Asvel, qui n’a plus droit à l’erreur si elle veut sauver sa saison, était compliquée. Et c’est donc sans shock que…

Trois jours après sa victoire en finale de la Coupe de France, l’Elan n’a pas fait de miracle sur le parquet de l’Astroballe. Sa mission, sur le parquet de l’Asvel, qui n’a plus droit à l’erreur si elle veut sauver sa saison, était compliquée. Et c’est donc sans shock que les Palois ont concédé leur quatrième défaite consécutive en championnat, qui les fait reculer d’un rang, à la 7e place. Les Palois n’ont pas subi de phénomène de décompression, comme on aurait pu le craindre, mais ils ont logiquement manqué d’essence en toute fin de match.

Oniangue très chaud

C’est autour du phénomène Wenbanyama (2,19 m) que l’Asvel a construit son entame : en défense où il était missionné, avec ses longs segments, pour gêner Jefferson (presque 50 cm d’écart) et en attaque où sa taille a posé des problèmes. Bartecheky avait tenté un coup en plaçant Sané et ses 211cm dans le 5 de départ, mais le jeune Villeurbannais passait au-dessus. Avec l’appui de Knight, remonté après avoir pis un coup de coude de Bibbins, l’Asvel faisait le break assez tôt dans le match (18-11)

Pau trouvait lui aussi son joueur chaud : Oniangue, qui claquait deux tirs à 3 factors pour rapprocher les siens dans le deuxième quart-temps (37-34), avant que l’Asvel ne finisse la mi-temps sur un 7-0 (44-34).

Au retour sur le parquet, Okobo haussait le rythme et allait provoquer des fautes qu’il bonifiait sur la ligne des lancers. L’Asvel reprenait ses aises (65-51), mais cette fois encore, l’Elan faisait l’effort de revenir, par Bibbins et Hrovat (70-60, 27e) Dans le quatrième quart-temps, après une explication de dunks entre Fall et Ndiaye, l’Elan accusait le coup et se retrouvait à -17 (99-82, 36e). Deux coups de poignets de Jefferson, derrière les 6,75 m, lui permettaient de se relancer (99-88) mais pas de revenir menacer l’Asvel où Jones montrait lui aussi son adresse. 23 factors pour Jones, 20 pour Okobo, les deux arrières de l’Asvel, qui avaient reçu la leçon de Jefferson et de Bibbins au match aller, ont pris leur revanche.

Pour Pau, l’necessary est désormais de bien récupérer pour préparer le match clé de cette fin de saison : la réception de Cholet, samedi.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.