Entertainment

Bérénice Bejo : ce traumatisme familial qu’elle ne peut pas surmonter


Comédienne à succès, Bérénice Bejo sera mardi 4 janvier sur France 2 dans le film Le Jeu, avec Suzanne Clément et Vincent Elbaz. Mais saviez-vous qu’elle avait vécu un traumatisme familial ?

Les premières années de sa vie, elle les a vécues dans la peur. Comédienne aux petits rôles, notamment dans OSS 117 : Le Caire, nid d’espions, Bérénice Bejo accède à la notoriété en 2011, lorsqu’elle incarne dans The Artist aux côtés de Jean Dujardin, Peppy Miller. Un rôle qui lui vaudra de nombreuses récompenses, notamment le César de la meilleure actrice, avant de lui permettre d’enchaîner les rôles, parfois dans deux à quatre films par an, la plupart couronnés de succès. Parmi les personnages qu’elle incarne, celui de Marie dans Le Jeu de Fred Cavayé, sorti en 2018 et diffusé mardi 4 janvier sur France 2.

Dans ce long-métrage, la compagne de Michel Hazanavicius donne la réplique à Suzanne Clément, Stéphane De Groodt et Vincent Elbaz. Une carrière en haut de l’affiche pour Bérénice Bejo, qui a trouvé en France la sérénité que sa famille n’avait pas lorsqu’ils vivaient en Argentine. Née à Buenos Aires en 1976, la comédienne a en effet été confrontée très tôt à la situation politique difficile de son pays d’origine, en pleine dictature militaire de 1976 à 1983. Mes parents se cachaient. À un moment, mon père se fait arrêter, on trouve des choses compromettantes dans sa voiture. Il se retrouve face à un mur, prêt à se faire fusiller. Mais je connais pas tout, je connais juste les choses comme ça qu’on pourrait mettre dans un film”, avait-elle ainsi confié en octobre dernier sur France Inter.

Ces films que Bérénice Bejo a refusé par “respect” pour ses parents

Un véritable traumatisme familial pour la comédienne, dont les parents “ont décidé de raconter le meilleur”, et pour qui il est toujours “très douloureux, très dur d’en parler”. “Mon père fait tout le temps des blagues sur ça même si c’est pas drôle. Ils racontent ça et parfois ils s’effondrent. Ils ne veulent pas lire des trucs sur ça, avait-elle ainsi confié. Lorsqu’elle a trois ans, la famille de Bérénice Bejo s’installe finalement en France. Mais malgré les années passées, et la fin de la dictature en Argentine, la comédienne a “refusé tous les films en Argentine qui parlent de la dictature”. Je n’arrive pas à y aller. Peut-être par respect pour mes parents. C’est trop douloureux, avait-elle ainsi conclu.

Loading widget

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

close