Politics

comment des pizzas Buitoni ont été débusquées par les autorités sanitaires


Une pizza de la gamme Fraîch’UP, de Buitoni.

Mercredi 30 mars, Santé publique France (SPF) a confirmé le lien – suspecté depuis la mi-mars – entre la consommation de pizzas surgelées Buitoni et plusieurs dizaines de cas d’infections graves, chez des enfants et des adolescents, qui ont tué deux d’entre eux. Douze régions sont touchées : Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Pays de la Loire, Ile-de-France, Bretagne, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val de Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté, Normandie et Occitanie.

C’est, de fait, une épidémie très inhabituelle d’infections alimentaires, des syndromes hémolytiques et urémiques (SHU), qui sévit en France métropolitaine depuis le début de l’année. Chaque année, environ 160 cas de SHU sont notifiés à SPF, qui a mis en place un dispositif de surveillance de cette maladie depuis 1996. Diarrhée souvent sanglante, douleurs abdominales et parfois vomissements : 3 à 10 jours après la contamination, ces symptômes apparaissent et peuvent évoluer, après une semaine, vers une insuffisance rénale. Grande fatigue, pâleur, diminution du quantity des urines, qui deviennent plus foncées, et parfois convulsions en sont alors les signes avant-coureurs. La prise en cost, à l’hôpital, repose notamment sur des transfusions sanguines et/ou des dialyses. Environ 10 % des enfants atteints font ainsi une forme sévère.

Chez l’enfant, ce syndrome est le plus souvent dû à une bactérie Escherichia coli. Une fois ingéré, ce germe infectieux libère ses toxines dans le tube digestif, où elles vont détruire les cellules intestinales. Ces toxines gagnent aussi la circulation sanguine, qui les transporte jusqu’aux petites artères des reins. Là, elles créent « des brèches, explique Matthieu Jamme, néphrologue et médecin réanimateur, dans un tweet. Ces brèches vont être colmatées » mais leur réparation entraîne un rétrécissement, voire une occlusion, des petites artères rénales.

Les reins, dont l’alimentation en oxygène s’appauvrit, se mettent à dysfonctionner. D’où l’insuffisance rénale « qui, si elle n’est pas traitée rapidement, va être responsable d’une accumulation de déchets dans le sang pouvant être responsable d’un arrêt cardiaque », ajoute Matthieu Jamme. Sans aller jusqu’à cette extrémité, « 30 % des sufferers qui font des formes sévères conservent des séquelles rénales », indique le professeur François-Xavier Weill, responsable de l’unité bactéries pathogènes entériques de l’Institut Pasteur. En cas de symptômes évocateurs, il faut donc immédiatement consulter un médecin.

Il vous reste 66.94% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.