Politics

Création du premier syndicat américain chez Activision, mastodonte du jeu vidéo


Le stand Activision Blizzard lors du salon de l’industrie du jeux-vidéo, l’E3 de Los Angeles, aux Etats-Unis en 2019.

Les employés d’une équipe de l’éditeur américain de jeux vidéo Activision Blizzard, qui distribue les titres phare Name of Obligation et World of Warcraft, ont voté en majorité en faveur de la création d’un syndicat, une première au sein de l’entreprise. Sur 28 électeurs autorisés à voter, 19 se sont prononcés pour et 3 contre, a détaillé l’U.S. Nationwide Labor Relation Board, l’agence en cost de l’organisation du scrutin, à la suite d’un décompte des votes par correspondance, lundi 23 mai.

Cette petite équipe spécialisée dans l’assurance qualité chez Raven Software program, une filiale d’Activision, sera représentée par le syndicat Communications Employees of America. Quelques employés ont commencé à se mobiliser fin 2021, engageant une grève de cinq semaines après le licenciement de douze salariés.

Lire aussi Activision Blizzard, un pionnier du jeu vidéo dans la tourmente

Il s’agissait alors du troisième arrêt de travail décidé par les employés depuis l’apparition, en juillet 2021, d’une série d’accusations de discrimination et de harcèlement à l’encontre de la route, rappelle le syndicat dans un communiqué. Les employés se sont officiellement regroupés en début d’année sous le nom de l’Alliance des travailleurs des jeux vidéo (Sport Employees Alliance-CWA).

Un vote reconnu mais nuancé par Activision

« Notre plus grand espoir est que notre syndicat serve d’inspiration au mouvement croissant de travailleurs qui s’organisent dans les studios de jeux vidéo pour créer de meilleurs jeux et construire des lieux de travail qui reflètent nos valeurs et nous donnent plus de poids », a souligné l’organisation après sa victoire.

Dans le secteur des jeux vidéo, CWA a aussi aidé à la création de syndicats dans les studios Vodeo Video games et Paizo. Activision, en passe d’être rachetée par Microsoft, a reconnu le résultat du vote selon l’Agence France-Presse. Toutefois, ajoute l’entreprise, « nous pensons qu’une décision importante, qui affecte l’ensemble des 350 salariés du studio Raven Software program, ne devrait pas être prise par 19 employés de Raven ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Chris Smalls, l’homme qui a implanté le premier syndicat chez Amazon

Plusieurs grandes multinationales, dont Starbucks, Apple ou Amazon, font actuellement face aux Etats-Unis à une campagne de syndicalisation.

Le Monde avec AFP



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.