Entertainment

Delphine Jubillar : “connard, merde, cas soc, drogué…” Ces insultes répétées qu’elle aurait proférées contre son mari


L’experience psychiatrique de Cédric Jubillar a été versée au file, selon une info du Parisien. Dans celle-ci, le présumé meurtrier revient sur ses rapports avec sa femme, Delphine, qui se seraient considérablement dégradés avant la disparition de la mère de famille.

Cédric Jubillar, toujours présumé harmless, mais considéré comme le principal suspect dans l’affaire de la disparition de sa femme, Delphine Jubillar, est toujours en détention préventive à la maison d’arrêt de Seysses, en Haute-Garonne. Lors de son incarcération, une experience psychiatrique a été réalisée sous la forme de deux entretiens, le 1er juillet et le 6 octobre. Cette experience a été versée au file le 4 avril dernier, selon une info publiée par Le Parisien, ce mardi 26 avril. L’artisan plaquiste y évoque sa relation avec sa femme, avec qui il était en occasion de divorce au second de sa disparition.

Cédric Jubillar y explique que les liens avec son épouse, dont il ne prononcera jamais le prénom durant ces deux entretiens, se seraient progressivement délités depuis le printemps 2020, au second du déconfinement. Le père de famille raconte que Delphine Jubillar lui aurait confié “qu’elle n’en pouvait plus”, rapporte le quotidien. Selon lui, l’infirmière, qui n’a plus donné signe de vie depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020, aurait abandonné ses responsabilités au sein du lobby. “Je faisais le ménage, la vaisselle et je lavais le linge… Elle m’aidait pas, elle ne faisait plus rien”, indique-t-il. Et d’ajouter : “À partir de septembre, elle m’insultait : connard, merde, cas soc, drogué… Face à cela, je rigolais…” Les rapports sexuels se seraient également faits de plus en plus rares : “On a eu trois rapports sexuels entre septembre et décembre, un pour mon anniversaire, une fois à mon initiative, une autre fois elle avait envie, on l’a fait”, souligne le suspect. Mais Cédric Jubillar guarantee qu’il a tenté de reconquérir sa femme, “je suis tombé sur un mur… J’ai pris un avocat”, conclut-il.

Cédric Jubillar, un homme “très sûr de lui, égocentrique, parfois arrogant, jamais déstabilisé”

L’experience psychiatrique dresse un portrait assez inquiétant de Cédric Jubillar. “Il est en effet apparu très sûr de lui, égocentrique, parfois arrogant, jamais déstabilisé, ayant toujours réponse aux questions posées avec beaucoup d’aplomb”, a révélé le médecin psychiatre toulousain qui l’a rencontré. L’distinctive second où l’artisan plaquiste a versé une larme, c’est lorsqu’il a évoqué le décès du compagnon de sa grand-mère qui remonte à février 2020. “C’est le seul moment où lors de nos deux entretiens, il est apparu beaucoup moins défensif, submergé par la tristesse et une émotion qui est apparue très sincère”, souligne l’skilled.

Loading widget

Inscrivez-vous à la E-newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.