Politics

Duel musclé et nombreuses punchlines entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen


Ils se sont serré rapidement la important en arrivant sur le plateau. Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés lors d’un débat télévisé, ce mercredi soir, à quatre jours du second tour de la présidentielle 2022. Le président sortant et la candidate du Rassemblement nationwide ont livré pendant près de trois heures un duel musclé mais moins mouvementé qu’il y a cinq ans. Vous n’avez pas pu suivre l’émission ? On vous résume les moments forts.

Fake départ pour Marine Le Pen

Marine Le Pen avait visiblement très envie de faire oublier le débat complètement raté de l’entre-deux excursions de 2017. Peut-être même un peu trop. En début d’émission, la candidate du RN s’est ainsi lancée… trop tôt. Fake départ ! Le générique de l’émission était encore en cours, personne n’a pu entendre ses premiers mots. Un peu gênés, les journalistes présents sur le plateau lui ont donc demandé de recommencer. L’intéressée s’est excusée, avec le sourire, avant de s’y reprendre une deuxième fois.

Emmanuel Macron attaque son adversaire… sur son bilan

C’est Emmanuel Macron qui a dégainé le premier, en utilisant le projet de sa rivale. « Je regardais votre programme, il n’y a même pas le mot chômage, c’est une reconnaissance du travail bien fait pendant ces cinq années, je vous en remercie… », a-t-il lancé. Et, paradoxalement, c’est aussi le président sortant qui a attaqué son adversaire sur son bilan… de parlementaire, une stratégie utilisée toute la soirée, en lui reprochant ici de ne pas avoir voté le bouclier énergie porté par le gouvernement. « Dans la vraie vie, quand vous allez demander un prêt auprès de votre banque, on vous demande votre salaire, ils se moquent des primes », a répliqué la candidate. « On est tous dans la vraie vie, madame Le Pen… », a-t-il répondu.

« Vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie »

Plus offensif, Emmanuel Macron a ensuite taclé sa rivale sur la guerre en Ukraine pendant de longues minutes. « Vous ne parlez pas d’autres dirigeants, vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie, c’est ça le problème madame Le Pen », lui reprochant d’avoir contracté un prêt de 9 hundreds of thousands d’euros auprès d’un créancier lié à d’anciens militaires russes pour sa campagne 2017. « Vos intérêts sont liés à des gens proches du pouvoir russe », a-t-il ajouté.

« C’est fake, je suis une femme totalement libre, je suis une patriote, je l’ai démontré toute ma vie », a répondu la candidate RN, qui a justifié ce prêt en indiquant qu’aucune banque française n’avait souhaité financer sa précédente campagne. « C’est assez lengthy, monsieur Macron (de rembourser), nous sommes un parti pauvre, mais ce n’est pas déshonorant », a justifié la députée du Pas-de-Calais.

Mozart contre Gérard Majax

Souvent sur la défensive, Marine Le Pen a toutefois épinglé les « 85 milliards d’euros de déficit de la steadiness industrial » et les « 600 milliards d’euros de dette » du quinquennat. « Le Mozart de la finance, c’est comme ça qu’on vous présentait, a un bilan économique qui est très mauvais. Et un bilan social qui est encore pire », a ciblé la candidate du Rassemblement nationwide. En réponse, Emmanuel Macron a sorti de son chapeau un célèbre magicien français. « On a malgré les chiffres que vous pouvez donner, fait baisser le chômage. Il est passé de 9,6 à 7,4 %. C’est pas Gérard Majax ce soir, on parle de vies derrière ! La vie de nos commerçants, de nos artisans, c’est ça la dette Covid ! Vous avez voté contre » ce plan de relance.

Emmanuel Macron jamais mis à mal

Le débat, plutôt de bonne tenue, s’est étirée sur près de trois heures. Sûr de ses forces, Emmanuel Macron a défendu bec et ongles son bilan, et multiplié les punchlines pour mettre à mal son adversaire. « On ne fait pas de la sécurité avec des mots, avec des mentons serrés, avec des postures, mais avec des moyens, je les ai mis », a-t-il notamment lancé, défendant les milliers de postes de policiers et gendarmes créés.

La candidate du RN a usé également de quelques formules, comme sur la query écologique. « Je ne suis pas climatosceptique, mais vous, vous êtes climato-hypocrite ». Mais Marine Le Pen, plutôt passive et dans le contrôle, n’a jamais réussi à mettre en difficulté le président de la République. Comme si l’objectif du soir était avant tout de faire oublier le précédent exercice.





Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.