Politics

En Tunisie, l’opposition crée un « Front de salut national » face au président Kaïs Saïed


L’opposant tunisien Ahmed Néjib Chebbi annonce le lancement d’un « Front de salut national », à Tunis, le 26 avril 2022.

Un ancien opposant sous la dictature de Zine el-Abidine Ben Ali a annoncé, mardi 26 avril, la création d’un entrance regroupant plusieurs partis pour « sauver » la Tunisie de sa profonde crise après le coup de drive du président Kaïs Saïed. Determine politique de gauche, Ahmed Néjib Chebbi, 78 ans, s’oppose à ce qu’il décrit comme un « coup d’Etat » du président Saïed, qui accapare les pouvoirs depuis le 25 juillet.

Lors d’une conférence de presse à Tunis, ce vétéran de la scène politique a annoncé la création du « Front de salut nationwide », avec l’objectif d’unir toutes les forces politiques, afin de rétablir le processus démocratique et constitutionnel garantissant les libertés et les droits dans le pays. « Nous voulons le retour à la légitimité et à la démocratie », a-t-il dit. La priorité de ce entrance est de sauver une économie « en profonde récession » en raison d’une state of affairs politique « pourrie » qui repousse les investisseurs, a ajouté M. Chebbi.

Lire aussi : En Tunisie, on rit des turpitudes politiques en regardant la série « Ken Ya Makenech »

Composée de cinq partis politiques, parmi lesquels le mouvement d’inspiration islamiste Ennahda, bête noire de M. Saïed, et de cinq associations, cette coalition ambitionne d’attirer d’autres formations politiques et des personnalités « influentes » avant de lancer un dialogue nationwide sur des réformes destinées à « sauver le pays », selon M. Chebbi. Il a préconisé la mise en place d’un « gouvernement de salut » pour diriger la Tunisie pendant une « période de transition » jusqu’à la tenue de nouvelles élections.

Pleins pouvoirs

Après des mois de blocage politique, M. Saïed, élu fin 2019, s’est arrogé les pleins pouvoirs, fin juillet, en limogeant le premier ministre et en suspendant le Parlement, avant de le dissoudre en mars. En février, le président tunisien avait dissous le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour le remplacer par un organe de supervision judiciaire « temporaire » dont il a nommé les membres. Le 22 avril, il s’est arrogé le droit de nommer le chef de l’Autorité électorale à quelques mois d’un référendum et d’un scrutin législatif que cette occasion doit superviser.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Tunisie, la dissolution du Parlement prolonge la crise politique

Ses détracteurs l’accusent d’instaurer une nouvelle autocratie dans le pays, seul rescapé du « printemps arabe », dont il fut le berceau en 2011. Outre l’deadlock politique, la Tunisie se débat dans une profonde crise socio-économique et est en pourparlers avec le Fonds monétaire worldwide (FMI) pour obtenir un nouveau prêt.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la publication du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Le Monde avec AFP



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close