Politics

Entre voyeurisme et misogynie, les réseaux sociaux s’emparent du procès Depp-Heard


C’est un procès très médiatisé et très individuals qui s’est ouvert dans l’État de Virginie, aux États-Unis, il y a quelques semaines. Aux origines de l’histoire, de multiples procès entre les deux ex-époux, Johnny Depp et Amber Heard, depuis leur divorce en 2017, où cette dernière l’accusait de violences verbales et physiques sous l’emprise de drogue et d’alcool. En 2018, l’actrice signe une tribune dans The Washington Submit, où, sans citer son ex-conjoint, elle indique être devenue une « determine publique représentant les violences conjugales » : c’est sur cette déclaration que Johnny Depp a porté plainte pour diffamation, réclamant 50 tens of millions de {dollars} à son ex-femme. Laquelle a engagé une contre-poursuite, pour 100 tens of millions de {dollars}, l’accusant d’une campagne de dénigrement.

Ce procès très médiatique fondé sur des questions d’atteinte à la réputation est, comme un symbole, filmé et retransmis en direct par Courtroom TV, une chaîne spécialisée dans les domaines de police-justice, ambiance cour de justice et enquêtes criminelles. Une retransmission qui se déroule également sur les réseaux sociaux, YouTube, Twitter et Tik Tok en tête, où des résumés sont présentés et analysés après chaque jour d’viewers. Un procès de stars, mais surtout de preuves : à coups de photographs, vidéos, textos et enregistrements sonores, les deux events en viennent à parler de leur relation dans ce qu’elle a de plus intime, de leurs relations sexuelles à leurs échanges privés.

Campagne de misogynie

Stéphanie Lukasik, docteure en sciences de l’info et de la communication, n’est pas étonnée de l’attrait des réseaux sociaux pour ce procès : « C’est dans la continuité d’un nouvel écosystème informationnel, dans lequel les réseaux sociaux deviennent les principaux canaux d’informations » indique-t-elle. C’est plus particulièrement sur Tik Tok que l’on retrouve la majorité de ces contenus liés au procès : commentaires des déclarations de l’un ou de l’autre, montages d’extraits vidéos sur une musique dramatique, analyses complotistes pour prouver les mensonges d’Amber Heard, témoignages émus de followers sur la tristesse de Johnny Depp… A ce stade du procès, Web semble en grande majorité avoir pris parti : Amber Heard serait une menteuse, et Johnny Depp une victime. « On passe d’un tribunal de justice à un tribunal socio-numérique, automotive on sait que les réseaux sociaux ont tendance à exacerber la polarisation des opinions » ajoute Stéphanie Lukasik. Sur Twitter, le hashtag #JusticeForJohnnyDepp explose, accompagnant nombre de messages misogynes.

Si le procès entre Amber Heard et Johnny Depp n’est pas le premier procès surmédiatisé d’Hollywood, il prend une tournure particulière de par l’implication des internautes. « Ce que je trouve intéressant et inédit avec cette affaire, c’est que ça arrive à une fruits de plusieurs phénomènes net : un mélange weird de différentes communautés en ligne, d’enquêteurs du net… » indique Lucie Ronfaut, journaliste spécialisée en nouvelles applied sciences. Comme l’écrit la journaliste dans sa publication Règle 30, on retrouve dans ces créateurs de contenus un mélange de followers de Johnny Depp, de militant.e.s antiféministes et transphobes, d’enquêteurs du net et de followers d’affaires criminelles, ainsi que nombre d’opportunistes n’hésitant pas à surfer sur la polémique. Chaque argumentaire des deux events est passé au peigne fin, de la marque de maquillage utilisée par Amber Heard pour cacher ses hématomes aux détails scabreux de violences sexuelles, en passant par l’angle et la tenue des protagonistes pendant le procès. « L’un des principaux objectifs en partageant ces contenus, c’est d’exprimer son opinion et de persuader à coups d’émotions » indique Stéphanie Lukasik.

La responsabilité des plateformes

Au bout du compte, on a le sentiment, en tant qu’internaute, de ne pas pouvoir être simplement indifférent à cette affaire. Lucie Ronfaut titrait ainsi sa publication du 27 avril dernier Je ne veux pas voir Johnny Depp sur Tik Tok : « Il y a un côté où on est forcés de s’y intéresser, de par la recommandation algorithmique de Tik Tok, qui met en avant ce sort de contenus plus que les autres. Cette For You Web page (web page d’accueil qui suggest des vidéos en fonction des goûts et des ressemblances, NDLR), on ne sait pas trop remark elle fonctionne, mais je suppose que Tik Tok a deviné que les femmes de mon âge avaient un lien avec Johnny Depp d’une manière ou d’une autre. C’est un phénomène native qui devient extremely viral, complètement algorithmique », développe la journaliste.

Contrairement à d’autres plateformes, Tik Tok ne permet pas de mettre en silencieux un hashtag ou un sujet récurrent, potentiellement dérangeant pour certaines personnes. Tout le monde peut ainsi tomber sur des témoignages de violences sexuelles entre deux vidéos de chats. « Cela prouve aussi que tout est contenu et tout peut être contenu : ton chat, les manifestations au Capitole, les procès… On a pris tellement l’habitude de nous transformer nous-même en contenu, de se segmenter sur les réseaux sociaux, qu’on applique ce fonctionnement sur tout » ajoute Lucie Ronfaut. Quitte à traiter un procès comme une série télévisée, en prenant des outils de fan pour les appliquer dans une logique de viralité, venant nourrir une opinion. « Quand on parle de rabbit gap, c’est-à-dire cette spirale de contenus qu’on a du mal à maîtriser, ce n’est pas que sur l’extrême-droite, cela peut toucher plein de sujets. C’est très perturbant de voir des ados blaguer sur des violences conjugales », conclut Lucie Ronfaut.

En attendant la fin du procès, qui devrait se conclure dans quelques semaines, les réseaux sociaux vont continuer à s’emballer… questionnant notre voyeurisme et la power des algorithmes.





Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.