Politics

Jean Maheu, ancien président du Centre Georges-Pompidou et de Radio France, est mort


Jean Maheu, à Paris, le 13 février 1989.

« Grand homme du service public », « haut fonctionnaire au service de la vie culturelle de son pays », « grand serviteur » ou « grand commis de l’Etat » sont les termes qui reviennent le plus souvent dans les hommages qui ont salué la mort de Jean Maheu, le 9 janvier, à Paris, à l’âge de 90 ans.

L’ancien énarque et élève de l’Institut d’études politiques de Paris, né à Paris le 24 janvier 1931, avait été nommé à la Cour des comptes dès sa sortie de l’Ecole nationale d’administration, en 1958, sans y exercer de manière durable. Il travaillera d’abord, de 1962 à 1967, comme chargé de mission au secrétariat général de la présidence de la République, auprès du général de Gaulle.

De 1967 à 1974, il est directeur de la jeunesse et des activités socio-éducatives au secrétariat d’Etat auprès du premier ministre chargé de la jeunesse, des sports et des loisirs. De 1974 à 1979, Jean Maheu est directeur de la musique, de l’art lyrique et de la danse au ministère de la culture. Nommé à cette fonction par André Malraux, il en discute lors d’un « repas en tête à tête ». Ainsi que le confiera Jean Maheu à La Dépêche du 7 août 2015 : « C’est bien sûr André Malraux qui a parlé, et je l’écoutais. Malraux, c’était l’histoire. »

Un homme discret, presque anonyme

En 1983, la gauche arrivée au pouvoir depuis deux ans lui propose la présidence du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, fonction qu’il occupera pendant six années au long de deux mandats. Jean Maheu considérait cette période de sa vie professionnelle comme celle qui lui avait donné le plus de satisfaction, notamment à l’occasion de l’exposition, de mars à juin 1988, des œuvres de Marc Chagall reçues en dation.

En 1989, il est nommé président-directeur général de Radio France, où ses fonctions seront prolongées jusqu’en 1995, au cours de deux mandats également. Dans un blog, Jean-Pierre Rousseau, actuel directeur du Festival Radio France Occitanie Montpellier, que Jean Maheu avait nommé directeur de France Musique en 1993, rappelle les fantaisies protocolaires d’un président parfois fantasque.

M. Rousseau, joint au téléphone lundi 10 janvier, croque le portrait de l’ancien président de Radio France en un mot-clé : « équilibriste », notamment auprès des pouvoirs politiques, qu’ils fussent de droite ou de gauche : « C’était l’archétype du haut fonctionnaire à la carrière brillante qui ne dérangeait personne. »

Jean Maheu laisse le souvenir d’un homme discret, presque anonyme, comme le rapporte la journaliste Fabienne Sintes, dont il a été « le premier PDG », sur son compte Twitter : « Quand il partait visiter une locale, il y allait avec tout au plus un collaborateur. La légende (ou pas) raconte qu’un jour il arrive donc tout seul à l’accueil d’une radio du Sud-Ouest. “– Bonjour, je suis Jean Maheu. – Et vous avez gagné à quel jeu ?” »

Il vous reste 33.54% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

close