Politics

Kiev accuse encore la Russie de tirer durant l’évacuation de civils à Azovstal…



12h51 : Dans les champs ukrainiens, les agriculteurs trompent la mort

C’est la saison des semis en Ukraine, l’un des greniers à céréales de la planète. Mais cette année, autant que de carburant et d’engrais, les agriculteurs locaux ont besoin de gilets pare-balles et de démineurs pour détruire les bombes tombées dans leurs champs.

Dans ceux d’Igor Tsiapa, dans le sud-ouest du pays, un missile non explosé gît sur un bout de terre noire, laissé intact alors que le reste de son champ de maïs a déjà été labouré et planté. « On a repéré le projectile pour la première fois il y a dix jours mais on n’a pas touché à cette partie du champ, on a continué à préparer les semis », explique l’agriculteur de bientôt 60 ans, à quelques mètres des démineurs en motion.

Depuis le début de la guerre, les agriculteurs ukrainiens se sont retrouvés en première ligne de l’invasion russe, qui a laissé à travers le pays de grandes quantités de mines, d’obus et de missiles non explosés. Le risque est grand de déclencher l’un de ces engins. Selon la police, le dernier accident s’est produit dans la région de Kiev, mercredi. Un agriculteur au volant de son tracteur a heurté une mine, qui l’a blessé gravement aux bras et à une jambe.

Maria Kolesnyk, de la société d’analyse ProAgro Group, estime qu’une vingtaine d’incidents similaires ont été recensés depuis le début de la guerre, sans qu’on sache combien ont été mortels.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close