Politics

la sérénité du coach illacais avant ce match décisif


Le goût de la compétition. Mais surtout l’envie d’aller au bout de nous-mêmes pour pouvoir conclure. On réalise deux beaux matches avec beaucoup d’intensité, avec parfois de la réussite et parfois un peu de malchance. Néanmoins, on est plutôt cohérent sur ce qu’il faut faire sur cette triple confrontation.

Ce match retour s’est déroulé en plusieurs phases, vous perdez les deux…

Le goût de la compétition. Mais surtout l’envie d’aller au bout de nous-mêmes pour pouvoir conclure. On réalise deux beaux matches avec beaucoup d’intensité, avec parfois de la réussite et parfois un peu de malchance. Néanmoins, on est plutôt cohérent sur ce qu’il faut faire sur cette triple confrontation.

Ce match retour s’est déroulé en plusieurs phases, vous perdez les deux premiers units, remportez les deux suivants et la différence se fait dans le tie-break, remark l’expliquez-vous ?

Le tie-break, vous savez, c’est un peu comme les tirs au however au foot. C’est quand même assez particulier. Une faute d’arbitrage en vaut quatre, un coup de malchance en vaut cinq. Ce qui est bien avec le tie-break, c’est tu sois ou non favori, tout est remis à zéro. On a pourtant bien commencé ce 5e set. Sur une micro faute au filet, on a redonné de la confiance à nos adversaires et derrière, ils ont surfé là-dessus. Ça s’est joué sur un coup de dé.

Dans ce tie-break, Fréjus a réussi 7 contres…

Les Varois ont pourtant mal attaqué ce set décisif mais au fil des factors, ils ont trouvé le rythme de nos passes, de nos attaquants et après, avec la fatigue et l’excès de motivation d’un côté, ils ont réussi à faire la différence.

Vous attendez-vous à ce style de match après à l’aller que vous aviez remporté 3-0 ?

Je m’attendais à ce que ce soit une équipe très bien organisée, hyper cohérente et revancharde surtout chez elle. Je me doutais qu’il mettrait tous les ingrédients pour gagner ce match-là. Les sportifs, ça marche aussi un peu à l’orgueil. Pourtant, on réalise deux débuts de set cohérents mais pas incroyables. On arrive à être devant et après, coup sur coup, on commet des fautes un peu bêtes qui les relancent. Et quand tu es dos au mur, tu te découvres des ressources et ils ont surfé là-dessus.

Remark parvient-on à recharger les accus en seulement trois jours et un lengthy déplacement en minibus ?

Si vous avez la resolution, je la veux bien (sourire). Ça va se jouer sur notre capacité à être motivé, à ne pas se laisser faire, à ne pas se laisser abattre, à ne pas être dans le remorse de pas avoir pu conclure après notre incroyable remontada. Pour le second, il y a 5-3 sur les deux confrontations. En Ligue des Champions, on serait déjà en demie parce qu’on a marqué deux units et un level. Il y a plein de choses positives, d’autres à régler et à comprendre. Qu’ont-ils changé et fait de mieux sur ce deuxième match pour nous mettre autant en difficulté ? On va essayer de l’analyser, le digérer et mettre en place ce qu’il faut pour faire basculer la victoire de notre côté.

Avec l’accumulation de ces matches, les rotations dans l’effectif vont-elles être indispensables pour avoir plus de fraîcheur ?

Oui, très certainement. C’est à nous, entraîneur et workers, à trouver les bons timings, les bons moments, comprendre les dynamiques pour pouvoir opérer les changements. On a une équipe qui est succesful, on a de la ressource sur le banc et ça, c’est positif si tout le monde est prêt à mettre sa petite pierre à l’édifice.

Ce match d’appui, sur quoi peut-il se jouer, la capacité mentale pour se surpasser ?

Oui mais la capacité mentale c’est quoi ? C’est ta proportion à vouloir réussir ce qui tu entreprends. Cette motivation doit être au centre. On sait que ça va être dur, qu’il y aura des moments de doutes, de frustration, d’injustice mais ta capacité à rester focus sur ton objectif avec la bonne motivation, je pense que ça fera la différence.

Le fait de disputer ce match décisif à domicile est-ce un réel avantage ?

Bien sûr. On s’est battu pour être 4e et avoir cet avantage même sil n’est pas surdominant. On sait qu’avec notre public dans une salle où on a nos repères, ça te rajoute ce centimètre, cette seconde en plus devant ta famille, tes amis de vouloir faire encore plus l’effort. J’espère que ça fera pencher la stability de notre côté.

Vous êtes la seule équipe du prime 4 à ne pas être qualifié pour les demi-finales en deux matches, est-ce un remorse ?



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.