Politics

le Département des Landes adopte un budget de 562 millions d’euros


Il a été adopté à l’unanimité, moins les quatre voix de l’opposition, vendredi 1er avril. Julien Dubois, porte-parole du groupe Couleurs Landes, n’a même pas essayé de noyer le poisson. « Certaines compétences départementales sont bien menées et atteignent leurs objectifs. Certains ratios, comme la capacité de désendettement, laissent rêveur lorsque l’on est amené à présider aux destinées de certaines communes landaises. » L’opposition a toutefois listé quelques griefs, comme « une politique de subventions qui gagnerait à moins se disperser ».


1 Avec 291 tens of millions d’euros, priorité sur la solidarité

La solidarité reste le plus gros poste de dépenses de la collectivité. Il est largement porté par la gestion du RSA, dont l’État se décharge peu à peu sur les Départements. Le contexte de crise sanitaire et économique n’organize pas les choses. « Quand les problèmes s’accroissent pour les plus vulnérables, les crédits augmentent. Cela se traduit très concrètement dans notre price range », résume Xavier Fortinon. 291 tens of millions d’euros au whole. Concrètement, cela se traduit par un effort en path des aides à domicile, des Ehpads et des personnes en state of affairs de handicap (134,4 tens of millions d’euros), en path des familles (56,7 tens of millions d’euros) et de la lutte contre les discriminations (320 000 euros).

2 L’opposition attaque sur la voirie et les voies cyclables

Sur les 48 dossiers passés en revue pendant deux jours, seuls deux ont suscité les votes contre de l’opposition. Julien Dubois estime insuffisants les 37,5 tens of millions d’euros alloués à la voirie. « Il aurait fallu agir plus vigoureusement. De mon level de vue, vous rattrapez tout juste le retard accumulé. Une multitude de travaux de sécurisation sont attendus par de nombreux maires. Le Département est parmi ceux qui investissent le moins pour les routes dans la région. La Gironde investit par exemple 2 000 euros de plus que nous par kilomètre. » La comparaison pousse Xavier Fortinon à dégainer ses propres chiffres. « Cette année, on passe de 5 500 euros par kilomètre à 7 452 euros. » Pour le président, il faut surtout réfléchir à « une stratégie », alors que les coûts sont appelés à s’accroître dans les prochaines années. « Beaucoup de routes départementales de quatrième catégorie ont plutôt un intérêt communal ou intercommunal. Il faudra entamer une dialogue avec ces collectivités pour voir si on ne peut pas se recentrer sur des axes plus prioritaires. » L’opposition a également critiqué la baisse de 100 000 euros des crédits alloués aux pistes cyclables.

3 L’autonomie énergétique envisagée pour 2033

Le Département alloue 11,9 tens of millions d’euros à l’environnement, dont 135 000 euros à la transition énergétique, l’un des défis du siècle. L’année 2033 doit marquer l’autonomie énergétique du territoire, grâce au développement des énergies renouvelables sur des surfaces déjà anthropisées. En ce sens, une expérimentation agrosolaire va démarrer sur le website d’Agrolandes, à Haut-Mauco. Il s’agit de vérifier quelles cultures s’épanouissent le mieux sous des panneaux solaires. Des installations hydroélectriques et du photovoltaïque flottant sur des plans d’eau artificiels vont aussi faire l’objet d’une étude de faisabilité, en lien avec l’Establishment Adour. Le Département se joint aussi au projet houlomoteur envisagé au giant du littoral sud-aquitain.

4 La fibre optique prend un peu de retard

Pour Xavier Fortinon, « c’est le chantier le plus necessary depuis l’électrification des Landes ». Le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire devait être achevé fin 2022. Mais la crise sanitaire, des problèmes d’approvisionnement en poteaux et la défaillance de sous-traitants repoussent l’échéance. « Comme tout réseau, ce n’est pas statique. Aujourd’hui, nous sommes à 116 000 prises à construire. Le calendrier n’est plus tenable », explique Olivier Martinez. Le chantier devrait s’achever à la mi-2023 pour 127 tens of millions d’euros au whole.

5 « Une nécessaire prise de conscience » sur l’habitat

Après le vieillissement de la inhabitants, « c’est le second défi devant nous », estime Xavier Fortinon. La stress sur les prix du foncier se fait déjà fortement sentir sur le littoral et gagne l’intérieur des terres. « Il va falloir que tout le monde en prenne conscience. Ce qui se passe actuellement au Pays basque va rapidement arriver dans notre département. » La collectivité consacre 3,9 tens of millions d’euros au soutien des bailleurs sociaux, des associations œuvrant pour le logement et à la structure d’une réserve foncière publique.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.