Politics

Le parti d’Edouard Philippe « surpris » de ne pas parler davantage avec la majorité



Les tensions autour des législatives sont vives dans l’ensemble de la classe politique, le camp vainqueur de la présidentielle ne faisant pas exception. Horizons, le parti d’Edouard Philippe, se dit ainsi « surpris » de ne pas avoir davantage de « dialogue » avec ses partenaires de la majorité en vue des scrutins des 12 et 19 juin, ont déploré certains de ses cadres, à l’problem d’un bureau politique.

« La dialogue avec les partenaires de la majorité, que nous avons sollicitée, n’a pas eu lieu. Nous en sommes surpris. Et nous attendons qu’elle ait lieu », a fait savoir un membre d’Horizons. Alors que devrait bientôt être dévoilée une première salve d’investitures de la majorité, un autre cadre souligne que « le dispositif n’est pas calé, pas tranché » entre alliés. S’il y a eu « des échanges préparatoires » avant le premier tour de la présidentielle, Horizons est depuis « dans l’attente que ça reprenne », quand bien même se mènent en parallèle « des discussions entre La République en marche et le MoDem ».

L’affect de Philippe dans le viseur de Macron

En toile de fond, se dessinent les crispations récurrentes entre Edouard Philippe et Emmanuel Macron, qui semblaient pourtant être mises entre parenthèses durant la présidentielle, le maire du Havre ayant notamment accueilli le président candidat dans son fief dans l’entre-deux excursions. Mais le chef de l’Etat s’energetic lui-même pour débaucher à droite, et pourrait nouer directement des pactes avec des députés Les Républicains favorables à la majorité présidentielle. Une façon pour Emmanuel Macron de contourner et réduire l’affect d’Edouard Philippe qui viserait « 30/40 députés » selon un parlementaire du parti.

En bureau politique mardi, l’ancien Premier ministre a déclaré en retour, selon plusieurs individuals : « Je ne suis jamais tenu par un deal que je n’ai pas passé ». Sous-entendant que, sans concertation, Horizons pourrait présenter des candidats y compris dans les circonscriptions concernées par un accord entre la majorité et ces députés LR. « On a beau tendre la perche, il y a parfois des comportements un peu irrationnels vis-à-vis d’Edouard Philippe », déplore pour sa half un cadre du parti, notant que le patron du MoDem François Bayrou avait publiquement appelé à ce « qu’il y ait Edouard Philippe autour de la desk ».

L’ancien locataire de Matignon a aussi fermé la porte à l’hypothèse d’un parti distinctive évoqué par Emmanuel Macron, en déclarant que cela ne lui « semble pas envisageable ». « Un parti allant de Rebsamen (socialiste) à Abad (LR, non encore rallié), il y a de quoi se claquer les adducteurs », observe ainsi un cadre d’Horizons. En plus de la composition du prochain gouvernement, le chef de l’Etat va donc devoir s’atteler à déminer les relations entre ses soutiens.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.