Sports

Leopard Racing veut en être


Alors que le départ de Suzuki en fin de saison n’a pas encore été confirmé, les dirigeants de l’écurie Leopard Racing ont assuré avoir l’ambition de remplacer l’écurie du constructeur japonais sur la grille de départ MotoGP en 2023.

L’écurie Leopard Racing a envie de faire le grand saut. Engagée en Moto3 depuis le début de la saison 2015, elle a connu le succès dans la catégorie poids léger avec trois titres pilotes avec Danny Kent, Joan Mir et Lorenzo dalla Porta et a même eu en son sein un sure Fabio Quartararo, mais n’a pas brillé en Moto2 lors des saisons 2016 et 2017. Toutefois, l’envie de monter en MotoGP est bien là et pourrait se matérialiser dès la saison prochaine. En effet, alors que les rumeurs d’un départ de Suzuki au terme de la saison sont si persistantes que ça semble acquis, Dorna Sports activities a confirmé avoir reçu des déclarations d’intérêt pour la place qui serait alors laissé vacante dans la catégorie reine. Une d’entre-elles provient bien de Leopard Racing. « Nous allons voir l’évolution de la state of affairs, les contacts sont pris et je ne pense pas que Suzuki pourra quitter le MotoGP comme ça, parce qu’ils ont signé un contrat, a confié Christian Lundberg, directeur approach de l’écurie au journal britannique Autosport. Tout le paddock sait que nous sommes totalement intéressés et que nous aimerions faire cette montée, mais il y a un lengthy chemin à parcourir avant qu’elle se concrétise. »

Aprilia a les faveurs de Leopard Racing

Si l’intérêt est là, la balle est dans le camp de Dorna Sports activities et « le dernier mot leur reviendra », a assuré Christian Lundberg. Mais, pour tenter de convaincre le détenteur des droits commerciaux du MotoGP, l’écurie Leopard Racing pourrait avoir un as dans sa manche. « L’étape la plus logique serait de permettre au constructeur qui a deux motos actuellement, à savoir Aprilia, d’en avoir deux de plus. Ça serait le plus logique, a ainsi déclaré le directeur approach de l’écurie, confirmant les bruits de couloir d’une alliance avec le constructeur de Noale. Je pense que la seule possibility serait de le faire avec Aprilia parce que, selon moi, la Dorna doit récompenser d’une façon ou d’une autre le seul constructeur de la grille qui a deux motos, et actuellement toutes les motos sont très performantes. » Une collaboration avec Aprilia qui serait presque naturelle pour l’équipe basée au Luxembourg mais dont les liens avec l’Italie sont étroits. « Nous sommes une équipe à moitié italienne et ça serait plus facile que travailler avec des Japonais, a assuré Christian Lundberg. Je pense que ça serait la meilleure possibility. » A voir si Dorna Sports activities est du même avis.





Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.