Politics

L’historien Pap Ndiaye, nouveau ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse




Il est l’une des grandes surprises de ce nouveau gouvernement du président réélu Emmanuel Macron. Historien de occupation, Pap Ndiaye a été nommé ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse vendredi 20 mai, a annoncé le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, en remplacement de Jean-Michel Blanquer, resté cinq ans à la tête de la Rue de Grenelle. Cet universitaire français de 55 ans, spécialiste de l’histoire sociale des États-Unis et des minorités était jusqu’ici à la tête du Musée nationwide français de l’histoire de l’immigration. L’école est l’un des trois grands chantiers du nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron.

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat obtenu à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Pap Ndiaye est le frère aîné de l’écrivaine Marie NDiaye, Prix Goncourt 2009. Il a étudié aux États-Unis de 1991 à 1996 et s’est fait connaître du grand public en publiant en 2008 La Situation noire, essai sur une minorité française, son ouvrage de référence.

En 2019, toujours avec l’envie de vulgariser ses sujets d’étude, il devient conseiller scientifique de l’exposition « Le modèle noir », au Musée d’Orsay à Paris, sur la représentation des Noirs dans les arts visuels. Plus récemment, il a coprésenté en 2020 un rapport sur la diversité à l’Opéra de Paris. Lors de son arrivée à la tête du Musée nationwide français de l’histoire de l’immigration en mars 2021, il déclarait à l’AFP que sa nomination était un symbole pour les jeunes « non-blancs », même si elle était « d’abord due » à son travail d’historien et à sa « longue carrière d’universitaire ». « Je m’assume tel quel avec ma couleur de peau », ajoutait-il.

Réputé partisan du consensus, sa personnalité pourrait être un atout pour favoriser la réconciliation avec le monde enseignant, très critique à l’égard de Jean-Michel Blanquer.

À LIRE AUSSIQui sont les ministres du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne ?

Une nomination contestée

Une partie de la classe politique a concentré vendredi ses critiques sur le nouveau ministre de l’Éducation Pap Ndiaye, accusé par Marine Le Pen et Éric Zemmour de vouloir « déconstruire » le pays et qualifié par des cadres RN de « militant immigrationniste ». « La nomination de Pap Ndiaye, indigéniste assumé, à l’Éducation nationale est la dernière pierre de la déconstruction de notre pays, de ses valeurs et de son avenir », a estimé sur Twitter Marine Le Pen, finaliste à la présidentielle. « Élisez un most de députés du Rassemblement nationwide pour protéger notre jeunesse des pires idéologies ! » a ajouté la cheffe de file du RN.

« Emmanuel Macron avait dit qu’il fallait déconstruire l’Histoire de France. Pap Ndiaye va s’en charger », a réagi de son côté son rival à la présidentielle Éric Zemmour. Gilles Pennelle, responsable au RN des fédérations, et Julien Odoul, porte-parole du RN, ont qualifié le nouveau ministre, historien spécialiste de l’histoire sociale des États-Unis et des minorités, né d’un père sénégalais et d’une mère française, de « militant immigrationniste ».




Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.