Politics

«Nous appelons les élus LR qui ne veulent pas être pris en otage par l’alliance LREM»


La vice-présidente de «Reconquête !» est income, mercredi 20 avril sur BFM, sur le débat de l’entre-deux-tours. Outre les critiques sur le président sortant, elle a appelé la droite à se réunir.

Marion Maréchal a dit croire aux possibilities de sa tante de l’emporter : «Oui elle peut encore gagner, en tout cas je l’espère, c’est la raison pour laquelle j’ai appelé à voter pour elle automobile face à Emmanuel Macron il n’y a aucune ambiguïté. Il y aura une volonté d’ouverture et de rassemblement réel pour tous les électeurs enclins à voter pour elle.» Elle a toutefois regretté que ce second tour «se joue autour des électeurs de Jean-Luc Mélenchon.»

Contrairement à son débat raté de 2017, pour la vice-présidente de «Reconquête !», Marine Le Pen «a retenu de ses erreurs, indéniablement, donc je ne m’attends pas du tout à ce qu’il y ait un écart spectaculaire.» Elle a ajouté qu’elle «espère qu’elle arrivera à montrer la duplicité dans le bilan d’Emmanuel Macron entre ses propos, ce qu’il promet, ce qui a été véritablement mis en place, les revirements sur l’écologie, les retraites ou auprès de l’électorat communautarisé de Jean-Luc Mélenchon.»

La suite après cette publicité

Marion Maréchal a néanmoins mis en avant ses divergences avec la patronne du RN : «Il y a des choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord. Que ce soit sur l’approche économique, européenne, civilisationnelle aussi. C’est pour cela que j’ai rejoint Éric Zemmour automobile je défendais ces idées au sein du Entrance Nationwide avant de le quitter.»

La suite après cette publicité

Quant à l’avenir du parti d’Éric Zemmour, elle a dit y voir «un jeune mouvement plein d’avenir, qui a posé des fondations solides» auquel elle a «envie de contribuer pour qu’il devienne la boussole de la droite et lancer des jeunes cadres prometteurs dans la vie politique.»

Afin de contrer LREM aux législatives si Emmanuel Macron est élu, l’ancienne députée du Vaucluse a expliqué que son parti «lanc[e] un appel pour une grande coalition des droites.» Elle a également expliqué qu’il faut «faire prendre conscience au Rassemblement Nationwide, Debout La France [et aux] élus LR qui ne veulent pas d’alliance avec Emmanuel Macron, que nous pouvons emporter une majorité relative, si ce n’est absolue. Nous avons tablé sur 379 seconds excursions avec des candidats communs.»

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

«Il y a des contacts entre Marine Le Pen et Eric Zemmour» automobile «ils se connaissent depuis longtemps.»

Cette alliance permettrait d’ «imposer une cohabitation» selon Marion Maréchal, elle qui a déclaré : «Nous sommes le seul camp, potentiellement, qui partirait divisé. Jean-Luc Mélenchon appelle aujourd’hui les Français à l’élire Premier ministre, à obtenir une coalition avec les écologistes, les communistes et le NPA.» Elle a aussi ajouté qu’« il y a des contacts entre Marine Le Pen et Eric Zemmour» automobile «ils se connaissent depuis longtemps.»

La vice-présidente a dit regretter que Marine Le Pen «ferm[e] la porte à des gens comme nous et l’ouvr[e] à des personnalités comme Arnaud Montebourg, homme de gauche qui a des positions pro-immigration assez marquées et qui a appelé à voter Emmanuel Macron il y a quelques jours […] Nous appelons les candidats et les élus LR qui ne veulent pas être pris en otage par l’alliance macroniste, des contacts seront pris avec eux.»

Sur le vote Mélenchon, Marion Maréchal s’est dit inquiète d’un vote communautariste : «Je parle d’un vote communautariste automobile quand 69% des Français partagent une confession et votent pour un candidat, c’est révélateur d’une mécanique qui n’est pas naturelle.»



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close