Politics

plus de 13 millions de billets pour les Jeux olympiques et paralympiques


Tony Estanguet, le président de Paris 2024, lors de la présentation de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, le 13 décembre à Paris.

Les membres de Paris 2024 ont adopté, en conseil d’administration, lundi 21 mars, les grandes lignes de l’organisation de la billetterie qui sera mise en œuvre lors des Jeux olympiques (JO) et paralympiques de Paris 2024, dans un peu plus de deux ans. La somme de près de 1,2 milliard d’euros de recettes est espérée pour la vente des tickets permettant d’assister aux compétitions, soit 30 % du price range du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop).

Dans le détail, quelque 13,4 thousands and thousands de billets seront mis en vente – 10 thousands and thousands pour les Jeux olympiques (du 26 juillet au 11 août 2024) et 3,4 thousands and thousands pour les paralympiques (du 28 août au 8 septembre). Les tickets donnant accès aux cérémonies d’ouverture et de clôture feront l’objet d’une mise en vente spécifique. A titre de comparaison, une Coupe du monde de soccer apparel en moyenne 3,4 thousands and thousands de spectateurs ; un Mondial de rugby, 2,5 thousands and thousands.

La moitié des billets – qui seront entièrement dématérialisés pour des raisons de sécurité – seront proposés au grand public au prix de 50 euros ou moins (25 euros ou moins pour l’édition paralympique), dont un million à 24 euros (500 000 billets à 15 euros pour les paralympiques), prix d’entrée quel que soit le sport olympique, font valoir les organisateurs. A Londres en 2012, le prix d’entrée aux compétitions était de 27 euros.

Il sera donc, par exemple, théoriquement attainable d’assister pour 24 euros à un match des basketteurs français ou de la Dream Staff américaine au corridor 6 du Parc des expositions – une salle que goûtent peu les Bleus.

Lire aussi JO Paris 2024 : la Seine sera le théâtre de la cérémonie d’ouverture des Jeux, devant 600 000 personnes

Ouverture des ventes en février 2023

Quant à l’attribution des précieux sésames, les équipes de Paris 2024 ont opté pour un système de créneaux d’achat par tirage au type, une procédure nouvelle, qu’elles considèrent comme « la plus juste ».

Lors des précédentes éditions des Jeux, les acheteurs se connectaient tous en même temps dès l’ouverture de la billetterie en ligne, provoquant le plus souvent un engorgement de la plate-forme de réservation ; pour Paris 2024, le tirage au type attribuera aux heureux élus, qui se seront inscrits au préalable sur le web site de la billetterie d’ici à la fin 2022, des créneaux de plusieurs heures pour acheter des packs de billets – à un nombre limité, qui reste à déterminer.

Concrètement, il sera attainable « d’acheter en temps réel les billets qui seront disponibles à l’on the spot T », promet-on du côté de Paris 2024. Ouverture des ventes en février 2023, selon le calendrier du Cojop.

Les personnes recalées auront la possibilité de se rattraper lors du tirage au type des billets à l’unité (mai 2023), voire, si le type s’acharne, lors de la mise en vente, à la fin de 2023, des billets restants. La billetterie des Jeux paralympiques sera lancée selon la même procédure à l’automne de la même année.

Les organisateurs des JO de Paris précisent que 80 % des billets seront proposés à vacation spot du grand public – 20 % aux partenaires et events prenantes des Jeux, aux hospitalités (VIP, loges, offres sur mesure), and many others. Pour éviter le marché noir, il sera également attainable de racheter des billets sur une plate-forme spécifique.

L’offre de billetterie des Jeux olympiques de Paris ne tient toutefois pas compte d’un contexte sanitaire dégradé. « Nous voulons des stades pleins, et des spectateurs venus de tous les horizons pour vivre des émotions uniques et se forger les souvenirs d’une vie », s’enthousiasme Tony Estanguet, le président de Paris 2024.

Deux ans après le début de la crise du Covid-19, difficile pourtant d’exclure le scénario d’une pandémie qui obligerait les organisateurs à repenser leur offre.

En attendant, ils n’envisagent donc pas de jauges à 25 % ou 50 %, comme lors de l’Euro de soccer en 2021. Et émettent encore moins l’hypothèse d’un huis clos, comme lors des JO de Tokyo, à l’été 2021, ou de Pékin, en février dernier.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés JO de Paris 2024 : « Nous sommes dans les temps », guarantee Tony Estanguet





Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.