Entertainment

quelle cafetière choisir pour limiter son impact écologique ?


Quoi de plus envoûtant que le fumet d’une bonne tasse de café ? Dans le monde, ce rituel séduit des millions d’amateurs. Chaque jour, 2 milliards de tasses de café seraient ainsi consommées. Mais pour celles et ceux qui n’ont pas le temps de faire un stop au comptoir, pour quelle machine faut-il opter à la maison ? Le choix de sa machine à café n’est en effet pas anodin. Entre arômes, prix, impact sur la santé et sur l’environnement, les critères à prendre en compte pour réaliser un choix éclairé sont nombreux. Voici quelques éléments pour vous aider.

Dosette et capsules dans le radar

Photo : Shutterstock

Dans les années 1990 et 2000, le marché des machines à café a explosé avec l’essor des machines à dosette ou à capsule. Modernes et séduisants, ces appareils ont donné aux amateurs de café la sensation de retrouver le plaisir d’un expresso au café du coin. Service à la tasse, fine mousse, simple et rapide d’utilisation, elles ont métamorphosé le rapport des consommateurs au café.

Mais à l’heure de la crise climatique, l’impact écologique de ces dernières ne peut plus être ignoré. Chaque année, la vente de capsules en aluminium type Nespresso génère 60 000 tonnes de déchets rien qu’en France. Leur recyclage s’avère aujourd’hui encore très complexe, et les centres de tri français équipés de la technologie nécessaire au recyclage des capsules en aluminium sont encore peu nombreux. On le sait, le meilleur déchet reste celui que l’on ne produit pas.

Cafetière à filtre, un impact insoupçonné

Photo : Shutterstock

Cafetière familiale par excellence, la cafetière à filtre a longtemps trôné dans la majorité des cuisines françaises. Aujourd’hui elle est davantage délaissée au profit de machines moins encombrantes. En outre, explique Tristan Lecomte, fondateur d’AlterEco interrogé par Bio à la Une, l’empreinte carbone du café filtre n’est pas anodine, en raison de sa forte consommation en électricité et en eau. « L’empreinte carbone moyenne d’une tasse de café filtre est autour de 120 grammes d’équivalent Co2, un café-capsule autour des 100 grammes. »

Par ailleurs, l’utilisation de filtres induit davantage de déchets. Il est néanmoins possible d’opter pour des versions compostables (garanties sans traitement au chlore pour blanchir les fibres) ou réutilisables, notamment avec des alternatives en lin bio.

Alors pourquoi ne pas se tourner vers des cafetières qui ne vous laisseront que du marc de café sur le bras ? Un déchet particulièrement facile à réemployer à la maison et au jardin.

Cafetière Moka ou italienne

Photo : Shutterstock

L’Italie est célèbre pour son excellence en matière de café. Ce n’est donc pas pour rien que les cafetières italiennes, aussi appelées cafetières moka, se distinguent de la foule des autres machines à café. Grâce à un système utilisant la vapeur d’eau sous pression, ces petites cafetières, en aluminium ou en inox, permettent d’obtenir un café serré ultra-savoureux.

Avantages non négligeables, les matériaux utilisés dans leur fabrication rendent les cafetières italiennes particulièrement résistantes ce qui leur permet de durer dans le temps. Exit l’obsolescence programmée avec cette solution qui vous laissera pour tout déchet quelques cuillères de marc de café.

Cafetière à piston

Photo : Shutterstock

La cafetière à piston ou « presse française » présente les mêmes avantages que la cafetière italienne. Peu chère et durable, elle ne nécessite ni capsules, ni dosettes ou filtres pour fonctionner. Il suffit de verser de l’eau bouillante sur quelques cuillères de café avant de laisser infuser puis de filtrer. Polyvalente, elle permet de réaliser au choix des cafés plus ou moins serrés selon les goûts.

Seul désavantage, le récipient en verre rend la machine plus vulnérable aux chocs. Pour les moins habiles, il est néanmoins possible de ne racheter que la partie en verre en cas de casse. Vive les pièces détachées !

La machine à expresso ou percolateur

Photo : Shutterstock

Envie de renouer avec le bonheur d’un expresso à la fine mousse ? Les machines à percolateur proposent désormais des appareils qui, en plus de préparer un café comme dans une brasserie, sont capables de moudre fraîchement les grains de café. Résultat : un café ultra-frais et des économies sur l’achat des matières premières (le café en grain étant moins cher que le café moulu).

Petit hic, mais pas des moindres, ces machines quelque peu encombrantes sont parmi les plus chères du marché…

Vous avez désormais toutes les informations nécessaires pour un achat éclairé. Pour une démarche cohérente, il est également recommandé d’opter pour un café bio issu du commerce équitable. Un label qui vous assurera que sa culture et sa commercialisation se font bien dans le respect de la nature et des humains qui le produisent.

Et pour aller plus loin, voici 4 idées pratiques pour recycler le marc de café et en faire bon usage au potager.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close