Politics

Quels dossiers chauds attendent le président Macron ?



Pas de répit pour le nouveau président. Après son élection ce dimanche 57,2 % des voix, selon les premières estimations Ifop-Fiducial, il va devoir s’atteler à plusieurs gros dossiers économiques, diplomatiques et politiques. 20 Minutes a choisi de vous en détailler quelques-uns.

Réformer le système de retraites

Lors du quinquennat précédent, le projet de réforme de 2019 n’avait pas pu voir le jour. D’où le souhait d’Emmanuel Macron de remettre l’ouvrage sur le métier. Et rapidement : « D’un level de vue démographique, il y a urgence à réformer le système, automobile le nombre de cotisants va beaucoup se réduire dans les prochaines années. Ne pas toucher au système serait prendre le risque de devoir baisser les pensions un jour. Par ailleurs, cette réforme n’étant pas populaire, la seule manière de la faire passer est de surfer sur la légitimité conférée par l’élection au début du quinquennat », commente Victor Poirier, directeur des publications de l’Institut Montaigne.

Lors de sa campagne, Emmanuel Macron a d’ores et déjà annoncé son intention d’allonger l’âge de départ à la retraite et de le relever progressivement à 64 ans d’ici à 2027, avant éventuellement de le porter à 65 ans. Ce qui n’étonne pas le politologue Stéphane Rozès, président de la société Conseils, analyses et views (CAP) : « C’est le levier le plus facile à actionner, qui a l’influence le plus rapide sur le système et le plus facilement lisible pour le grand public. Même s’il pose le problème du maintien des seniors en emploi, alors que la France est en dessous de la moyenne européenne dans ce domaine ».

Agir en faveur de la transition climatique

Le dernier rapport du Giec indiquait qu’il nous reste trois ans pour parvenir à limiter le réchauffement de la planète. Parallèlement, les objectifs de l’accord de Paris pour la France prévoient une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990. « Et l’Union Européenne s’est fixé un objectif de neutralité carbone en 2050. Ce qui appelle à des mesures rapides pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs », souligne Stéphane Rozès. « D’où l’idée sous jacente d’Emmanuel Macron de créer un Premier ministre chargé de la planification écologique, pour que cela devienne un sujet transversal à tous les ministères », indique Victor Poirier.

Il a aussi exprimé sa volonté de construire six centrales nucléaires de nouvelle génération, d’implanter 50 parcs éoliens en mer d’ici à 2050, de rénover 700.000 logements par an, de produire des hundreds of thousands de véhicules électriques et hybrides… Mais selon Stéphane Rozès, il faudra aussi effectuer un énorme travail de pédagogie : « Les efforts demandés aux particuliers vont exiger qu’ils changent certains comportements, et cela aura un coût économique pour eux. Par ailleurs, ils ne seront pas forcément compatibles avec le fort niveau des inégalités sociales actuelles ».

Booster le pouvoir d’achat

Inflation à 4,5 % en mars, flambée des prix de l’énergie, augmentation de certains produits alimentaires depuis la guerre en Ukraine… Le pouvoir d’achat a été la problématique qui a le plus intéressé les électeurs pendant la campagne électorale, et le locataire de l’Elysée est très attendu sur le sujet. Emmanuel Macron a déjà annoncé quelques-unes de ses intentions : créer un chèque alimentation pour les plus modestes, accorder une ristourne à la pompe de 15 à 18 centimes, tripler le plafond de la « prime Macron », supprimer la redevance télé… « Il va sans doute devoir agir sur les dépenses contraintes des Français en maintenant les prix bloqués sur l’énergie et développer les aides publiques envers les populations les plus fragiles », indique Stéphane Rozès. « Il va devoir augmenter certains minima sociaux et le level d’indice des fonctionnaires. Tout en développant les dispositifs d’intéressement et de participation dans les entreprises… », énumère de son côté Victor Poirier.

Jouer un rôle dans la désescalade de la guerre en Ukraine

La France a joué un rôle de premier plan dans la diplomatie européenne sur la crise en Ukraine. Elle vient en soutien à Kiev, mais ne veut pas entrer en guerre avec la Russie, avec laquelle elle proceed à parler. « Emmanuel Macron devra continuer à avoir l’oreille de Poutine et de Volodymyr Zelensky pour s’assurer une légitimité à l’worldwide. Il devra aussi fédérer la communauté européenne pour soutenir la inhabitants ukrainienne », indique Victor Poirier. Un avis partagé par Stéphane Rozès : « La France est le seul Etat membre de l’Union européenne disposant d’une power de dissuasion nucléaire. Et elle est membre du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce qui lui donne un poids spécifique dans les relations diplomatiques », renchérit Stéphane Rozès.

Renforcer l’hôpital public

Deux ans de Covid-19 ont souligné les fragilités du système de santé public. Emmanuel Macron a déjà promis de recruter 50.000 infirmiers et aides-soignants supplémentaires d’ici à 2027. « Le Ségur a été largement insuffisant. Automotive des lits continuent à fermer depuis. Il faut renforcer encore les moyens pour ne pas que s’installe encore davantage un système de santé à deux vitesses. Il faut aussi revoir le système de gouvernance des hôpitaux pour remettre les soignants au cœur du dispositif et non les comptables », estime Stéphane Rozès. « Emmanuel Macron va devoir s’atteler rapidement aussi aux déserts médicaux et à la query de la qualité des soins », ajoute Victor Poirier.

Découvrez les résultats du second tour de l’élection présidentielle 2022 par ville, département et région sur 20 Minutes.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close