Entertainment

TÉMOIGNAGE Depuis leur naissance mes filles utilisent le pot à la place des couches


Contrairement au schéma habituel, Billie Turner a introduit le pot très tôt dans la vie de ses filles. Une approach qui fait beaucoup réagir !

En général, un bébé apprend à être propre entre ses 2 ans et 4 ans. Pour Billie Turner, l’apprentissage de la propreté a commencé dès la naissance de ses deux filles. Cette maman célibataire, originaire de Sheffield en Angleterre, utilise donc la méthode de l’hygiène naturelle childish aussi appelée élimination-communication. Une approach qui consiste à remplacer les couches par le pot et ce, dès les premiers mois du nouveau-né. Autrement dit, les dad and mom apprennent à reconnaître les signaux émis par leur progéniture lorsque celle-ci a envie de faire ses besoins.

"J’ai essayé cette méthode quand ma fille Bess avait 2 mois et que ses couches débordaient" a confié Billie à Fabulous. Après avoir pris conseil auprès d’un groupe de dad and mom, la Britannique a mis en place l’hygiène childish naturelle : "Ça a totalement changé ma vie. J’ai quasiment abandonné les couches." La mère de famille a donc appris à repérer les signes qui annoncent l’arrivée des selles de son enfant : "Je me rappelle qu’à 4 mois, Bess disait ‘C-aaaaaaa’ quand elle avait envie. À chaque fois, elle le disait. C’était incroyable pour un bébé si petit." Malgré quelques petits soucis, elle a également utilisé cette approach avec sa deuxième fille Burgundy.

"La quantité de plastique dans les couches est terrifiante"

"J’ai constamment un pot avec moi que j’emporte partout dans la maison afin d’être prête quand elle a envie d’y aller" a révélé Billie. Et d’ajouter : "Depuis que Burgundy est née, elle n’a fait que deux cacas dans une couche." La mère de famille a cependant avoué qu’elle utilisait encore des couches la nuit : "J’utilise des couches la nuit parce qu’avoir une bonne nuit de sommeil est plus important, maman heureuse bébé heureux comme on dit." Une méthode qui ne fait pas l’unanimité. Critiquée, Billie a déjà été signalée aux companies sociaux. Malgré tout, elle ne compte pas arrêter : "La quantité de plastique dans les couches est terrifiante. De plus, j’économise au moins 150 euros par mois."

©


©


©


©


©


©




Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.