Sports

Une 1ere étape pour puncheurs ?


Pour lancer la 105eme édition du Giro, le peloton va arpenter les routes hongroises entre Budapest et Visegrad, avec une montée finale qui pourrait ouvrir la porte aux puncheurs.

Le Giro va verser dans l’inédit pour démarrer son édition 2022. Initialement prévu en 2020, le Grand Départ de la « Corsa Rosa » depuis la Hongrie s’est fait attendre deux ans de plus en raison de la pandémie. Et pour lancer les hostilités, les coureurs auront droit à une étape en ligne longue de 195 kilomètres entre Budapest et Visegrad, bourgade située à quelques encablures de la capitale hongroise. Une grande boucle qui sera un terrain de jeu parfait pour lancer trois semaines de compétition. En effet, sur les 190 premiers kilomètres, il n’y aura pas la moindre difficulté répertoriée et une route essentiellement plate. Une première étape dont le situation pourrait finalement être assez commun avec une échappée qui prendra les devants et les équipes des candidats au maillot rose qui gèreront tant bien que mal l’écart. Des échappés qui, s’ils arrivent à tenir la cadence, auront quelques enjeux en cours de route.

Un last idéal pour van der Poel ?

En effet, deux sprints intermédiaires seront au programme de cette 1ere étape du Giro 2022. Au kilomètre 75,3, durant la traversée de Szekesfehervar, ville qui devait accueillir le départ de la 3eme étape en 2020 avant que la crise sanitaire ne change la donne, les premiers factors pour le maillot cyclamen seront distribués. Il en sera de même au kilomètre 167,5 à Esztergom. A partir de là, les yeux seront fixés sur le last. Automobile l’essentiel des 900 mètres de dénivelé positif du parcours sera concentré dans les six derniers kilomètres. En effet, le last de cette 1ere étape sera en montée avec une moyenne de 5,1% sur les 4000 derniers mètres du parcours. La pente maximale sera de 8% sur une courte portion peut après le panneau indiquant ls quatre derniers kilomètres. Un terrain de jeu qui pourrait être idéal pour un puncheur tel Mathieu van der Poel qui, après avoir porté le maillot jaune sur le Tour de France l’an passé, se voit déjà endosser le maillot rose du Giro. Mais il ne faudra sans doute pas oublier un sure Attila Valter qui, après avoir été chief du Tour d’Italie l’an passé, voudrait bien récidiver devant ses compatriotes.





Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close