Politics

une bonne nouvelle pour les hôpitaux




COVID. La situation sanitaire poursuit sa progression ce lundi 10 janvier. Le taux d’incidence a passé la barre symbolique de 2 500 cas pour 100 000 habitants. De son côté, Olivier Véran a indiqué que deux scénarios pouvaient survenir : une diminution du nombre de cas après le pic, ou un plateau.

19:24 – Quel est le dernier bilan du coronavirus en France ?

L’épidémie de coronavirus n’en finit plus de progresser en France, ce lundi 10 janvier 2022. Les derniers chiffres du Covid-19, communiqués par Santé publique France, font état de 98 896 nouvelles contaminations, un chiffre énorme pour un lundi. Cette progression se traduit à travers la moyenne sur sept jours de nouveaux cas de Covid. Elle frôle désormais les 270 000 nouvelles contaminations. Par ailleurs, le taux d’incidence a passé la barre symbolique des 2 500 cas pour 100 000 habitants, 2 545,1 exactement.

18:50 – Le vaccin de Pfizer contre Omicron sera prêt en mars

Ce lundi, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a indiqué au micro de CNBC qu'”un vaccin ciblant le variant Omicron sera prêt en mars et que la société a déjà commencé à fabriquer les doses”, précisant “ne pas savoir si un vaccin Omicron est nécessaire ou comment il serait utilisé”.

18:25 – “Il n’y a pas d’alerte sur l’approvisionnement alimentaire des Français” affirme le ministère de l’Agriculture

“Le taux d’absentéisme a doublé depuis une dizaine de jours. Nous sommes passés de 5% à 10%, voire parfois à 15%, mais cela reste largement inférieur aux 30 à 40% du printemps 2020″, a affirmé le ministère de l’Agriculture. Un état des lieux qui permet d’affirmer qu'”à ce stade, il n’y a pas d’alerte sur l’approvisionnement alimentaire des Français”.

17:01 – Des séjours à l’hôpital plus courts avec Omicron

Devant les sénateurs, le ministre de la Santé a indiqué que les patients atteints du variant Omicron semblaient rester moins longtemps à l’hôpital et être moins envoyés en réanimation quand ils sont infectés, que ceux contaminés par Delta. Selon Olivier Véran, c’est parce qu’Omicron “donne moins de détresse respiratoire”.

16:38 – Masques FFP2 : “La recommandation du Haut Conseil de la santé publique concerne essentiellement les soignants”

Quid de la généralisation des masques FFP2, comme c’est le cas dans plusieurs de nos voisins européens ? A ce sujet, Olivier Véran a indiqué : “La recommandation du Haut Conseil de la santé publique m’a été remise ce week-end. Je pense que nous allons la publier ce soir ou demain. Vous verrez que c’est une recommandation qui porte essentiellement sur les soignants. Cette recommandation, si je devais la résumer, n’irait pas dans le sens d’une extension du port du FFP2, y compris d’ailleurs dans le milieu des soignants au-delà des soignants qui sont aujourd’hui considérés comme à risque parce qu’exposés à des gouttelettes”. Et d’ajouter : “Nous allons discuter de cela”.

16:34 – Vague Omicron : 2 scénarios après le pic

Olivier Véran a également détaillé les deux scénarios possibles pour l’après pic de la vague de contaminations provoquée par le variant Omicron : soit, “comme les Anglais, nous atteignons un pic puis les contaminations baissent”, soit le pic aboutit à “un plateau”, comme c’est arrivé pour Delta, ce “qui ne serait pas une heureuse nouvelle”, a commenté le ministre.

16:25 – Masque en extérieur : “Le risque est élevé partout à l’extérieur”

“Nous considérons que le risque est élevé partout à l’extérieur, sauf évidemment dans les zones désertiques ou sur les plages, du fait que [le variant] est très contagieux et qu’on peut se contaminer plus facilement”, a justifié Olivier Véran à propos du porte du masque en extérieur.

16:12 – Quid du risque de désorganisation ?

Reconnaissant la tension qui “est installée” à l’hôpital, et rappelant que “21 000 malades” sont hospitalisés pour Covid-19 et que 3 800 patients sont en réanimation des suites du Covid-19, le ministre de la Santé s’est voulu rassurant sur le potentiel risque de désorganisation de la société.

Sur le risque de désorganisation à l’hôpital, Olivier Véran a assuré que des “plans de continuité” existaient et qu’étaient déployables des prises en charge “pré-hospitalières et post-hospitalières”, soit “à domicile, avec de l’oxygène”. Et d’ajouter : “Nous sommes capables de prendre en charge jusqu’à 15 000 patients avec de l’oxygène à domicile”. L’activation de ces plans a pour but de “libérer des lits” à l’hôpital, a-t-il précisé.

Sur le risque de désorganisation à l’école, Olivier Véran a martelé : “Les écoles ont vocation à rester ouvertes, les classes ont vocation à rester ouvertes et seul un dépistage assez intensif nous permet de le faire”. 

15:57 – Olivier Véran vante la vaccination

Devant les sénateurs, Olivier Véran a de nouveau vanté la vaccination : “Voyez le vaccin comme un double airbag : l’airbag dans votre voiture ne vous empêchera pas d’avoir un accident de voiture. J’ai un double airbag, mais j’ai eu un accident, oui, mais j’ai un double airbag donc j’ai eu la vie sauve”, a-t-il comparé.

15:55 – Médicaments anti-Covid : 2 déploiements attendus “d’ici à la fin de ce mois”

Devant les sénateurs, le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a déclaré que “nous attendons deux déploiements [de médicaments contre le Covid-19] d’ici à la fin de ce mois”, ajoutant que la France allait être parmi les premiers pays à recevoir le Paxlovid de Pfizer, “traitement par voie orale”, et le Sotrovimab de GSK.

Et d’ajouter : “D’autres  médicaments restent encore à venir et sont en cours de développement”.

15:51 – L’annonce du pass vaccinal fait “bondir le nombre de primo-vaccinés”

Au Sénat, ce lundi, Olivier Véran s’est félicité du regain du nombre de primo-vaccinations : selon le ministre, l’annonce du pass vaccinal “bondir le nombre de primo-vaccinés, ils sont 230.000” à avoir reçu leur première injection depuis l’annonce, a-t-il assuré. “Et cela va continuer cette semaine et la semaine prochaine”, a-t-il avancé.

Quid de ceux qui demeurent non-vaccinés ? “Il y a encore très peu de Français très, très loin de tout, et vous avez encore beaucoup qui sont peu informés, mal informés ou désinformés”, a indiqué Olivier Véran.

15:46 – Tests : le gouvernement va “amplifier la capacité de réponses

Devant les sénateurs, Olivier Véran s’est également prononcé sur la politique de dépistage de l’exécutif : “On a la politique de tests la plus ambitieuse possible et nous allons amplifier la capacité de réponses”, a assuré le ministre de la Santé. Parmi les dispositifs envisagés : “permettre aux pharmaciens de développer plusieurs tentes, voire des barnums de dépistage” et encourager “les étudiants en biologie en troisième et quatrième année [à] participer à la campagne”.

En outre, des boites d’autotests vont être distribuées aux pharmacies, pour qu’un total de “11 millions d’autotests” supplémentaires soient disponibles en pharmacie. Pour l’heure, “deux tiers des pharmacies mettent à disposition des autotests, et nous travaillons pour que ce soit la totalité”, a également assuré Olivier Véran.

15:31 – 2 800 patients Covid en réanimation

Devant les sénateurs, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que la France décomptait “aujourd’hui 2 800 patients en réanimation”, qui “sont en grande majorité non-vaccinés, et pour ceux, vaccinés, ce sont des personnes immunodéprimées”, a-t-il précisé.

15:00 – Il “semble que le variant Delta ait amorcé une diminution”

Devant les sénateurs, le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a annoncé qu’il semblait que  “le variant Delta a amorcé une diminution”, là où Omicron est en pleine poussée : “On est monté à 300.000 cas dans notre pays, ce sont des chiffres hors proportion. Mais heureusement, nous sommes très vaccinés”, s’est félicité le ministre. 

“Je ne peux pas vous dire qu’en France, le nombre de cas Omicron baisse”, a-t-il déploré. “Nous verrons cela dans les prochains jours si nous atteignons un pic”, a ajouté Olivier Véran, qui se veut “prudent” 

12:54 – Omicron représente près de 86% des cas positifs criblés

Le montée en puissance d’Omicron se poursuit en France : le nouveau variant, repéré pour la première fois en Afrique du Sud, représente désormais 85.7% des cas positifs dont les tests ont été criblés au 6 janvier, indique CovidTracker. Omicron est donc, à l’échelle nationale, largement majoritaire par rapport à Delta.

LIRE PLUS

Selon les dernières données de Santé publique France, communiquées, dimanche 9 janvier, la moyenne sur sept jours poursuit sa progression et frôle désormais les 270 000 nouveaux cas. Ces dernières 24 heures, 284 personnes sont décédées des suites du Covid-19 à l’hôpital. Le taux d’incidence a une nouvelle fois augmenté ces dernières 24 heures et est désormais de 2 545 nouvelles contaminations pour 100 000 habitants, soit 95 points de plus que la veille. Voici le bilan détaillé : 

Selon le dernier point épidémiologique de Santé publique France (SPF), publié jeudi 6 janvier, la France fait face à une “accélération extrêmement marquée de la circulation du SARS-CoV-2 liée à la progression très rapide du variant Omicron et augmentation des nouvelles hospitalisations”. En moyenne, le taux d’incidence était de 1 908 cas positifs pour 100 000 habitants à l’échelle nationale.

Suivez l’évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Depuis la mi-octobre 2020, Santé publique France communique les données d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l’échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu’elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d’appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d’incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d’une semaine, par rapport à la population totale d’un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s’exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d’habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

close