Politics

Who’s who royal du temps jadis


Seconde épouse de l’empereur Maximilien d’Autriche, Maria Bianca Sforza est restée dans l’histoire pour être une femme très dépensière au level de mettre ses dessous en gage.

Tout ce que vous devez savoir sur Maria Bianca Sforza, devenue en 1508 impératrice du Saint-Empire romain germanique: 

Sa naissance 

Maria Bianca Sforza a vu le jour à Pavie en Italie le 5 avril 1472. Elle est la deuxième des quatre enfants et l’aînée des trois filles du duc de Milan Galéas et de la princesse Bonne de Savoie.

La suite après cette publicité

Son mariage

En 1493, à l’âge de 21 ans, Maria Bianca se marie à Milan, par procuration, avec l’archiduc Maximilien d’Autriche et roi des Romains, qui a perdu sa première femme Marie de Bourgogne , onze ans plus tôt. Même si elle est très belle, son futur mari l’a surtout choisie pour sa fortune. Elle lui apporte une dot «de 300.000 ducats d’or, plus 100.000 ducats de bijoux et de vêtements somptueux», indique Jean des Vehicles dans son ouvrage «La saga des Habsbourg. Du Saint Empire à l’Union européenne» (éditions Perrin, 2010). Son époux fera d’elle une impératrice, lorsqu’en 1508 il coiffera la prestigieuse couronne d’empereur du Saint Empire romain germanique.

La suite après cette publicité

Une union sans descendance

Maria Bianca ne donne pas d’enfants à son époux. Lequel a en fait déjà un fils et une fille de son premier mariage : le duc de Bourgogne Philippe le Beau et Marguerite d’Autriche. Sans compter ses enfants illégitimes, qui, selon Jean des Vehicles, seraient au nombre de sept. 

Sa mort

C’est à l’hiver 1510, à Innsbruck où elle réside, que Maria Bianca tombe malade. D’un mal qualifié à l’époque de «mystérieux». Celui-ci l’emporte le 31 décembre de cette année-là. Elle n’a que 38 ans.

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

Trois choses à savoir sur elle:

• C’est Léonard de Vinci, âgé alors d’une quarantaine d’années et travaillant depuis 1482 pour le duc de Milan, qui orchestre, dans cette ville italienne, les noces somptueuses de Maria Bianca avec Maximilien. Bien que celui-ci soit absent en ce grand jour, le mariage se déroulant par procuration.

• Maria Bianca est restée dans l’Histoire comme une femme très dépensière. Au level d’acheter des bijoux à crédit ou même, ayant un besoin pressing d’argent, de mettre en gage ses dessous, comme le raconte Jean des Vehicles

• La ville d’Innsbruck preserve le memento de Maria Bianca sur l’un de ses moments phare, le Goldenes Dachl (le Petit toit d’or). Ce somptueux oriel, au toit recouvert de 2.657 bardeaux de cuivre dorés à l’or fin qui lui donne son nom, a été érigé par l’empereur Maximilien. Lequel s’y match représenter avec sa seconde épouse, mais aussi la première, défunte.

Le Goldenes Dachl à Innsbruck, le 28 janvier 2018


Le Goldenes Dachl à Innsbruck, le 28 janvier 2018


©
Laszlo Szirtesi/Getty Photos



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.